Exil dans les îles (17 juin – 15 juillet 2013)

Allez, ciao, bye bye, auf wiedersehenVancouver! On s’en va ! On n’est pas venus jusqu’au bout du monde (ou presque) pour prendre le métro ! D’autant qu’on n’a pas de guitare pour chanter dedans….

Alors cap sur les îles ! Direction Pender Island, une des nombreuses Gulf Islands avant la grande île de Vancouver. On y va sacs sur le dos pour notre premier Woofing ! euh… ? Woof-quoi me direz-vous ! WOOFING ! ça vient de WWOOF, Willing Worker on Organic Farms, «travailleur bénévole dans une ferme biologique». Le principe c’est que l’on est hébergés et nourris contre quelques heures de travail par jour. Le concept s’est étendu au-delà des fermes biologiques un peu partout dans le monde (même en France !). Plusieurs sites existent mais nous utilisons celui-ci : http://www.helpx.net/ pas seulement centré sur les fermes bio, mais c’est un genre d’échanges de bons procédés. Vous l’aurez compris, l’avantage de ce système permet de ne pas perdre d’argent dans le logement et la nourriture.

Donc ! Revenons à nos moutons, (et nos chèvres, poulets, ânes et autres ) : nous débarquons à Iona Farm, ferme biologique où l’on élève des « poules à œufs » et des « poulets à viande ». En gros ça veut dire que concernant les premières on mange leurs œufs et les autres on les mange eux ! MIAM !

Il y a aussi pas mal de potagers bio avec des légumes divers et variés, un chien , un chat, un âne , des chèvres et des moutons. Malheureusement l’exploitation laitière des chèvres pour faire du fromage a cessé. Dommage, on aurait bien testé !

Notre journée est rythmée par le caquètement des poules, surtout le cocorico du coq ! A 8heures tout le monde mange, âne compris. Ensuite, à notre tour de petit-déjeuner, on collecte les bons œufs de ces dames (pas simple, faut éviter les coups de bec) ! Puis c’est parti pour divers travaux à la ferme: désherbage, arrosage, bricolage, plantations de graines, etc…

A 13h retentit la cloche de la bonne pitance, et ensuite c’est temps libre ! La ferme est située à 15 minutes à pieds d’une jolie petite crique où l’on peut régulièrement apercevoir des loutres et une otarie qui pointent le bout de leur museau ! Trop choupinou !

En parlant d’animaux sauvages, les rapaces sont partout ! Corbeaux, vautours et autres aigles et faucons passent régulièrement au-dessus de nos têtes ! Disons que ça change des pigeons…

Après une bonne après-midi, retour à la ferme vers 17h30 pour nourrir les poules (encore !), surtout celles que l’on va manger, car on veut qu’elles soient bien dodues pour nos estomacs ! J

Toutes ces poules sont nourries avec de la nourriture biologique. Les pondeuses ont un extra avec du compost qu’on leur donne. Leur met favori? L’herbe bien verte en tous genres ! autant vous dire qu’ici RIEN ne se perd, tout se recycle : les brouettes de mauvaises herbes (et y’en a punaise !) vont directement dans leur enclos ! Même quand l’une d’entre elles meurt, ce qui est arrivé plusieurs fois, hop là dans le champ voisin, pour les vautours. « C’est l’histoiiiiiiiiiiiiiire de la viiiiiiiiiiiiiiiiiie !!!!! »

Ici , les gens vivent au rythme de la ferme et sont très ouverts d’esprit, avec des tonnes d’histoires à raconter . Nous on vit dans une caravane dans l’enclos des chèvres, un peu « roots », mais agréable. Nos hôtes Rob et Ellen Willingham sont des pasteurs anglicans (oui oui !), plutôt baba cool sur les bords, et ont vécu presque cent vies en une, parlent anglais, français, allemand, espagnol, un peu italien et gaélique aussi (origines irish et scottish obligent !) Autant vous dire qu’ils  manipulent très bien l’humour cynique!

De nouveaux woofers canadiens nous ont rejoints, dont un québécois : ça parle franglais-québécois, ça rend plutôt bien , mais on a parfois autant de mal à comprendre la langue de Céline Dion que celle de Shakespeare ! ça promet…

Ce qu’on en retient :

La ferme c’est du travail, à fortiori en bio. En effet, quand on n’utilise pas d’engrais ou de pesticides, on fait tout ou presque à la main . Mais, c’est tellement meilleur, et très agréable de voir pousser ce qu’on plante et de manger ce que l’on cultive… !

Les canadiens sont décidément très honnêtes : ici, les œufs sont déposés quotidiennement dans un stand le long de la route sans surveillance. Chacun y laisse ses 6 dollars pour la douzaine d’œufs qu’il prend dans une boîte….qui n’est pas fermée à clé ! Incroyable mais vrai, une belle leçon de confiance et d’échange.

Ce qu’on aime :

– On pourrait même dire ce qu’on SUR-kiffe, c’est le jacuzzi extérieur à 39° après la journée de labeur, vue sur les cimes des pins et des érables…. Le bonheur quoi ! Au moment où on écrit on n’a pas encore testé le jacuzzi de minuit, mais ça ne saurait tarder !

– La compagnie quotidienne des colibris, qui font un vrai bruit de moteur diesel et qui sont riquiquis.

Ce qu’on aime moins :

De ne pas manger si bien que ça ! On s’explique : en ce moment il y a peu de récolte dans le jardin (ce sera prêt pour le mois prochain) donc on achète conventionnel. En plus on mange à la canadienne : beaucoup, gras et sucré ! mmmh ! Mais les poulets et les œufs sont bien BIO, c’est déjà ça ! Donc en résumé c’est pas top of the pop mais on ne se plaint pas, on cuisine tous les jours !

Exploit notable :

Elo a réussi à expliquer en franglais les règles du jeu de tarot à tout ce petit monde, et c’est pas rien ostie de tabarnak !

Episode marquant :

Le jour où on a joué à « qui veut tuer des poulets ? ». Une sacrée expérience que d’abattre 43 poulets (oui madame !) de manière artisanale (ça veut dire avec tes mains et ton couteau). Pierre en a tué lui-même à mains nues et au couteau, au moins une trentaine ! Le barbare ! Quant à Elo, elle a aidé au découpage des têtes, pattes et gésiers… ! Intense !

On aime bien jouer les fermiers mais maintenant ça commence à faire long, d’autant que sans voiture ici , on n’avance pas… !

On achète donc notre van qu’on vous présentera en bonne et due forme et qui fera sûrement l’objet d’un post à lui tout seul ! Des petites surprises qui arrivent bientôt quoi … !

4 réflexions sur “Exil dans les îles (17 juin – 15 juillet 2013)

  1. Wah !! Ça va ! :)) votre voyage a l’air de vous rendre locasse et hyper heureux et enthousiaste… Je suis vraiment contente pour vous ! 😉 Est-ce que vous avez prévu un passage à Toronto dans l’année ? Si oui, dites moi quand ? Je pourrais peut-être essayer de vous croiser là-bas… 😉
    En tout cas, continuer de profiter. Je vous fais de gros bisous.
    Nas

  2. Elo j’espère que c’est avec ton super jeu de pendaison de crémaillère / remise de diplômes que tu as expliqué les règles ^^

  3. Pingback: Bye bye Canada ! (1er juin – 9 juin 2014) | benji et gertrude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s